Camping trip – Partie 1

Le camping fait partie des grandes traditions au Canada, on peut camper de différentes manières mais c’est toujours pour profiter au maximum de la Nature. Dans tous les cas on est donc très loin du camping des flots bleus.

Une première façon de camper est de louer un emplacement dans un camping « classique » mais au milieu des grands parcs. On gare la voiture près de son emplacement (en moyenne 150m² de terrain quand même), on profite des douches et autres installations sanitaires,… le tout en pleine de nature et à proximité de magnifiques sentiers ou lacs. C’est le « car camping ».

On peut aussi partir en « camping trip » (expédition en camping) en prenant toutes ses affaires (tentes, sacs de couchage,…) sur son dos et en allant dans un endroit inaccessible avec la voiture.

Et quand un laboratoire du département d’immunologie organise un week-end entre collègues pour faire un peu de « team building », c’est évidemment le « camping trip » qui est choisi! Mais ce qui est encore mieux c’est que toute la famille est invitée :-).

La préparation de l’expédition commence des mois à l’avance. Les bons emplacements, dans les plus beaux parcs, sont loués très rapidement. On ne sait pas trop comment ça va se passer mais on nous a demandé de mettre toutes nos affaires dans des sacs plastiques, au cas où il pleuvrait…

CampingTrip-01

Une fois tout emballé, on est assez fier! Tout tient dans, à peu près, 2 grands sacs :-).

CampingTrip-02

Avant de partir on relit les consignes de la grande organisatrice (Jen, directrice du laboratoire) et team leader.

CampingTrip-001 CampingTrip-002

En résumé :

1. Il faut arriver à l’heure! La team leader se charge d’acheter les permis pour le parking des voitures et les emplacements de camping. En cas de retard on se retrouve au bout de la route « 3 legged lake road ». Et ce n’est pas la peine d’espérer capter quoi que ce soit avec son téléphone portable.

2. Pour ceux qui découvrent les joies du « camping trip » on précise que le chemin jusqu’aux emplacements de camping est assez simple et pratique! Il faudra un peu ramer avant et après une courte zone de portage où les plus forts aideront les plus faibles.

3. Le temps est incertain et les risques d’averses, voire d’orages, sont sérieux. Dans ce cas il faut se rapprocher des berges, descendre des embarcations, s’assoir loin des arbres et sur son gilet de sauvetage ou quelque chose de non conducteur et, si possible, se coller les uns aux autres pour se réchauffer.

4. Gilet de sauvetage obligatoire pour les enfants, les faibles et les non nageurs!

5. Penser à remplir les gourdes d’eau potable avant de partir. Il n’y aura pas moyen de les remplir pendant le trajet. Arrivé sur le campement la première mission sera de préparer les réserves d’eau en traitant l’eau du lac. Une autre priorité sera de préparer l’arbre pour « le sac à ours » avant qu’il ne fasse trop sombre.

6. Interdiction formelle d’avoir de la nourriture dans les tentes, même une miette qui suffirait à attirer des animaux pendant la nuit. Toute la nourriture sera stockée dans « le sac à ours ».

7. On part pour s’amuser donc ne pas hésiter à emporter des jeux.

Après avoir relu ces instructions on regarde une 3ième fois l’intégralité de man vs wild pour s’assurer d’être fin prêt!

On se dirige donc vers le lac Oastler, au nord de Toronto. On arrive à l’entrée du parc provincial avec 2 heures d’avance… On patiente en profitant d’une belle plage de sable fin.

CampingTrip-04

On se renseigne aussi au bureau d’accueil qui gère les campements du parc.

CampingTrip-03

Certains panneaux nous inquiètent un peu…

CampingTrip-05                CampingTrip-06

Le personnel du bureau confirme la présence d’ours très actifs dans le parc.

CampingTrip-07

Heureusement qu’on est en avance, on va avoir le temps de lire les consignes de sécurité en cas de rencontre avec un ours. C’est un peu stressant :-).

CampingTrip-08 CampingTrip-09

Salomé a bien compris! Il faut se faire le plus grand possible et crier plus fort que l’ours. Surtout ne pas s’enfuir en courant!

CampingTrip-10

Les autres membres de l’expédition finissent par nous rejoindre. La team leader se charge, comme prévu, de récupérer les permis pour le parking et les campements. Ensuite on comprend qu’il va falloir refaire un peu de route. On ne campera pas dans le parc provincial du lac Oastler mais dans celui du Massasauga, un peu plus à l’ouest.

Après une vingtaine de minutes de voiture sur la route piste, on arrive au bout de la route! C’est une impasse…

CampingTrip-11

C’est donc le moment de changer de moyen de transport :-).

CampingTrip-12

Les voitures ont été vidées et garées, on se demande comment tout va tenir dans les canoës ou plutôt les « canou » comme disent les locaux.

CampingTrip-13

Ne pas oublier son gilet de sauvetage et aussi de prendre des forces avant d’embarquer.

CampingTrip-14

L’accessoire le plus important reste la rame ou « paddle ».

CampingTrip-15

Une fois les canoës chargés, on est donc prêt pour une ballade sur l’eau.

CampingTrip-16

Puisqu’on est débutant la team leader, experte, nous prend en charge. Jen formera donc avec les filles un premier canoë. Les garçons iront avec Mike, le mari de la team leader (et en réalité le véritable team leader de l’expédition…).

CampingTrip-17

On commence donc à pagayer en suivant les consignes : éviter de bouger pour ne pas déstabiliser le bâteau et c’est tout… C’est le rameur à l’arrière qui gère la direction et s’adapte aux rameurs à l’avant. On profite donc d’une belle balade au milieu de nombreuses îles. Le paysage est magnifique et on comprend mieux la carte de la région et ses milliers de lacs.

Après environ 45 minutes on met pied à terre. Pourtant on n’est pas encore arrivé!

CampingTrip-18

Tous les lacs de la région ne communiquent pas entre eux. Pour passer d’un lac à l’autre il faut donc emprunter des sentiers plus ou moins long. On se repère grâce à une carte comme les cartes IGN pour les balades en montagne, sauf qu’ici elle indique les lacs, les îles et donc les sentiers de « portage » qui permettent de passer d’un lac à un autre.

Notre zone de partage est courte, environ 300m, mais un peu accidentée.

CampingTrip-19

On vide donc les canoës et on emmène nos sacs à l’autre bout du sentier.

CampingTrip-20

Le plus compliqué c’est qu’il faut aussi transporter les canoës :-). Il y a deux techniques pour ça, celle de la brute…

CampingTrip-21

et celle des faibles :-).

CampingTrip-22

On remarque qu’on est au milieu de nulle part mais que les sentiers sont quand même très bien aménagés!

Au bout du sentier on recharge les canoës avec toutes les affaires et on repart pour une grosse demie heure de bateau.

CampingTrip-23

Ensuite on découvre le campement que l’on partagera avec Jen, Mike et leurs enfants Sam et Charlie (visiblement élevé dans un canoë ou une tente tellement ils sont à l’aise dans cet environnement hostile). C’est  le moment de monter la tente :-).

CampingTrip-24

Au bout d’une dizaine de minutes Maxime abandonne et préfère aller voir ce qui se passe près du lac, en contre-bas du  campement.

CampingTrip-25

Les canadiens Sam et Charlie sont déjà en train de se baigner! Maxime et Salomé les rejoignent rapidement.

CampingTrip-26

Après quelques (dizaines de) minutes la tente est prête :-). On nous a prêté quasiment tout le matériel, les canadiens ont toujours une tente ou un sac de randonnée en plus si besoin :-).

CampingTrip-27

L’emplacement est parfait! Il est surtout à proximité de la salle de bain (le lac) et des toilettes.

CampingTrip-28

Après autant de découvertes on va pouvoir se poser devant un bon repas chaud froid. Par contre il y a 3 emplacements de camping différents et la nourriture ne se trouve pas sur le nôtre. Il va falloir aller manger sur un autre campement qui, bien sûr, n’est accessible qu’en canoë :-). On repart donc sur les bateaux, les experts qui nous accompagnent nous demandent de ne pas oublier nos lampes torches et autres frontales, il fera sûrement nuit pour le retour au campement après manger…

2 réflexions au sujet de « Camping trip – Partie 1 »

  1. Super expérience évidemment, les parcs canadiens regorgent de surprises avec leurs ours bien sur, mais aussi leurs orignaux ou leurs caribous mais avez vous questionner les locaux sur le fameux sasquash ?

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Vous pouvez utiliser ces balises et attributs HTML : <a href="" title=""> <abbr title=""> <acronym title=""> <b> <blockquote cite=""> <cite> <code> <del datetime=""> <em> <i> <q cite=""> <strike> <strong>