Parc Algonquin – Jour 2

Le parc Algonquin est réputé pour être l’un des plus beau de l’Ontario. C’est aussi l’un des plus grands! On va essayer d’en avoir un aperçu aujourd’hui.

Mais avant de partir il faut prendre des forces. On petit-déjeune à l’hôtel où on a le droit à une cuisson minute de nos oeufs!

Et il y en a pour tous les goûts! Le cuisinier nous propose toutes sortes de façons de préparer les oeufs : « boiled », « scrambled », « sunny side », « over easy » ou encore en « omelet ». Les petits ont fait leur choix et n’ont pas oublié le plus important : le bacon!

Après ce festin on se prépare à rejoindre le parc. L’accès est simple, il y a principalement une seule route « départementale » qui traverse le sud du parc. On demande tout de même conseil à l’accueil de l’hôtel. On nous confirme le chemin tout en nous précisant de bien faire attention aux orignaux et aux ours qui peuvent traverser sans regarder :-). On est persuadé que c’est une blague… Après une demi-heure de trajet on arrive à l’entrée du parc. On doit s’arrêter pour payer notre droit d’accès pour la journée.

            

Un panneau attire notre attention. C’est le listing de la faune locale croisée ces derniers jours par les visiteurs. Sont indiqués le type d’animal et l’endroit précis de l’observation! Il y a surtout des orignaux…

On profite de la pause et on repart vers un « Visitor Center » un peu plus loin sur la route 60.

Sur le trajet on doit s’arrêter en urgence et descendre de la voiture.

Une Cow Moose est en train de boire le long de la route! On est à moins de 10 mètres. On immortalise la scène!

Puis on regarde l’orignal s’éloigner…

On reprend ensuite la route pour arriver au Visitor Center où l’on peut nous même compléter la liste des observations journalières!

La vue est magnifique mais le soleil brille trop pour observer, de loin, la faune et la flore.

   

Maxime observe, pensif, le paysage.

On retourne à l’intérieur pour découvrir une mise en scène de l’habitat des locaux : les orignaux et les ours!

Mais ce sont surtout les castors qui peuplent le parc! Une carte présente la quantité impressionnante des étangs de Castors du parc.

   

On reprend ensuite la route vers une balade, toute proche, pour aller observer un de ces étangs de castors. Les choses sont bien organisées puisqu’au départ du sentier se trouve un distributeur de cartes détaillées pour la balade.

Après quelques mètres de randonnées on s’arrête déjà. On découvre une sorte de livre d’or où l’on peut indiquer notre passage et notre provenance.

     

La période choisie pour visiter ce parc n’est pas la meilleure puisque ce n’est que le début du printemps et les arbres bourgeonnent à peine. La balade en forêt est tout de même agréable. On alterne entre chemins accidentés et portions aménagées.

     

On arrive aux abords d’un premier étang. On peut y voir les monticules construits par les castors.

On conitnue la balade, certains arbres nous prouvent qu’on est bien sur le territoire des castors.

     

On profite d’une marre pleine de poissons pour faire une pause…

     

et des poses!

On repart sur le sentier et on découvre rapidement notre premier barrage de castors!

      

On apprend grâce à la carte détaillée, qui explique comment vivent les castors, que ce sont des animaux particulièrement peu intelligents. Par exemple, un bruit de ruissellement d’eau comme celui d’une cascade les pousse ainsi à engager le construction d’un barrage, même si ce bruit sort d’un haut-parleur dans un laboratoire sans la moindre cascade…

Le sentier longe ensuite un grand lac.

La pente s’accentue et on arrive près d’un autre lac avec toujours ces « maisons » de castors.

     

On continue de monter pour arriver sur un point de vue magnifique. On essaie de faire des photos mais de petites mouches, très présentes et gênantes depuis ce matin, nous empêchent de poser correctement…

Finalement ce sera simplement une photo du paysage…

ou alors de dos!

La balade se termine rapidement après avoir obsrevé le lac de haut. On repart ensuite vers le visitor center pour pique-niquer. Les mouches sont de plus en plus gênantes… Elles nous gâchent le pique-nique :-(. On se réjouit tout de même, il n’y a ni moustiques et ni mouches noires. Ces petites mouches sont un moindre mal finalement!

On se met rapidement à l’abri à l’intérieur pour le dessert! On est bien mieux installé :-).

On en profite pour en découvrir davantage sur la faune locale!

On repart ensuite sur le route 60 qui traverse le parc. De nombreuses randonnées débutent le long de cette route, c’est très pratique. On s’arrête donc pour le sentier « Lookout ».

Cette randonnée se fera sans carte, la réserve est vide alors qu’on est censé remettre les petits guides dans la boite en repartant…

Les mises en garde sont prometteuses!

Le sentier monte doucement en forêt.

     

On arrive rapidement vers le point de vue sur le parc Algonquin qui s’étend sur des dizaines de kilomètres.

Après avoir contemplé l’immensité de la Nature canadienne on repart sur le sentier.

La balade a été rapide. On peut retourner à l’hôtel avec encore du temps pour profiter des installations!

Les terrains de tennis et de basket sont occupés, on se rabat sur la piscine extérieure.

Tout est également prêt pour une soirée au coin du feu!

Après deux randonnées et la baignade on retourne dîner à Huntsville. On se pose tranquillement chez Boston Pizza!

      

On déguste des classiques!

     

Après une petite balade digestive le long de la marina on rentre à l’hôtel rapidement. On doit se lever tôt demain matin pour profiter d’une dernière demi-journée ici avant de rentrer à Toronto.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *